•  

    Bon, c'est ma 1e review de one-(wo)man-show et pour cause : j'ai été traumatisée il y a quelques années par un one-woman-show où la woman en question m'a obligée à monter sur scène et m'a demandé de simuler un orgasme devant le public (sachant que le pote qui était monté sur scène en même temps que moi s'est lâchement défilé, merci Guillaume). De quoi m'envoyer pendant 10 ans chez une psy. Et surtout de me faire éviter les théâtres au moins à tout jamais.

    J'étais donc TRES nerveuse lorsque Fred m'a proposé de l'accompagner à ce "one" intitulé 'la lesbienne invisible'. Même pas à cause du sujet ! (pour tout dire, je l'ai suivi les yeux fermés, et je ne savais donc pas vraiment ce que j'allais voir... m'enfin Fred m'a rarement déçue !)

    Une fois nos places choisies ("Fred je te préviens, tu peux toujours te brosser pour que j'aille au 1er rang"), j'ai réussi à progressivement me détendre et à me redresser sur mon siège (oui, oui, je m'étais faite toute petite, rapport à mon traumatisme). Assez vite pour tout dire. Car Océanerosemarie est extrêmement drôle. Son spectacle, qui raconte le parcours initiatique d'une jeune femme homosexuelle, est très juste. Drôle sans être lourd, osé sans être gore. Elle se démène sur scène, danse, chante, imite, et en plus elle est sexy !

    Dans le public, des lesbiennes bien sûr, des hétéros et même des homos. On ressort du spectacle avec le sourire aux lèvres et vachement moins de préjugés...

     

    Petite idée de l'esprit du spectacle : 

    Toute petite déjà, Océanerosemarie aimait beaucoup les blondes aux yeux bleus. Pour compenser le fait qu'elle n'osait pas les embrasser à pleine bouche, elle faisait fondre ses barbies dans le micro onde.

    A 8 ans, Océanerosemarie tombe follement amoureuse de Fanny, la ponette shetland mouchetée de son poney club. Cette rencontre marquera à vie la carrière et la vie sentimentale de la petite Océanerosemarie.

    A 15 ans, au cours Simon à Paris, elle apprend à détester le milieu du théâtre pour toujours entre profs comédiens ratés infects et comédiennes hystérico-narcissiques.

    Comme elle chante bien et que grâce à Papa il y a un piano à la maison (les lesbiennes adorent toujours leur papa, sauf quand elles le détestent), elle se détourne du théâtre avec brio en se lançant dans la musique. Mais la nuit, elle rêve en secret de jouer de grandes pièces classiques en costumes, ou plutôt de tourner avec Uma Thurman ou Isabelle Huppert (avec des scènes d'amour très très troublantes, si possible).

    Le temps passant, à 30 ans quoi, elle se met à assumer

    1. qu'elle est lesbienne

    2. qu'elle a envie d'être comédienne

    3. que ses 2e et 3e prénoms sont Rose et Marie (c'était ça, le coming out le plus douloureux) et que puisque c'est comme ça elle va faire un 3 en 1 (mieux que Head & Shoulders t'as vu) et tout assumer d'un coup en montant un One Woman Show de lesbienne où elle s'appellera Océanerosemarie, où elle parlera de son amour pour Fanny la ponette et répondra à toutes les questions, même les plus coquines que tout le monde se pose sur les lesbiennes. 

     

    Petit détail rigolo, Océanerosemarie est également chanteuse ! Plus connue sous le nom d'Oshen pour ceux qui connaissent !

    Bref, je ne peux que vous conseiller de courir à son spectacle qui est actuellement en prolongation. Direction le théâtre 'Les feux de la rampe', du jeudi au samedi à 20h.

     

    Crédit Photo : Valérie Archeno


    votre commentaire
  •  

    Nooon, ce post n'a rien à voir avec un éventuel réveil de mon horloge biologique, si tant est que j'en aie une !

    Je trouve juste ce projet d'une poésie folle, et d'une grande qualité de réalisation. C'est le genre d'idée que j'adorerais avoir (plus tard !).

     

     

    Voir toutes les photos !

     


    3 commentaires
  •  

     

    C'est stylé !

     


    votre commentaire
  •  

    C'est accompagnée de Fred que je suis partie à la découverte des Frigos du 13e aujourd'hui !

    Cet ancien immeuble d'entrepôts frigorifiques reconverti en ateliers d'artistes est normalement fermé au public. Excepté ce week-end, à l'occasion des portes ouvertes !

    Tout ne m'a pas plu parmi les travaux des artistes, mais j'y allais vraiment pour le lieu, qui est incroyable : le bâtiment est tout tagué de partout (mention spéciale aux escaliers !) et, au hasard des couloirs colorés, vous êtes invités à franchir d'authentiques portes de frigos et à rencontrer l'artiste qui se cache derrière.

    Un lieu mystérieux et underground à découvrir ... l'année prochaine !

    19 rue des Frigos, 75 013 Paris, Métro Bibliothèque François Mitterrand.

     

     


    votre commentaire
  •  

    Une exposition fort sympathique en ce moment à la Fondation Cartier : Gosse de Peintre - Beat Takeshi Kitano

    Une manière ludique de rentrer dans l'univers décalé du célèbre cinéaste : vous découvrirez toute une série d'objets bizarres et délirants, des peintures et des courts-métrages tout aussi loufoques. Fasciné par le monde de l'enfance, Kitano a souhaité une installation-parc d'attractions qui ravira vos enfants !

    Jusqu'au 12 septembre 2010.

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique