•  

    C'est chez Deedee que j'ai entendu parler pour la première fois des pâtisseries fait-maison de Lilijoe. La Fringale se devait donc de tester ces douceurs !

     

    J'ai donc décider de me faire livrer :

    - Les moelleux double chocolat (7€30 les trois)

    - Les double sablés nature au coeur fondant chocolaté-noisette (6€40 les trois)

    - Les double sablés noisette au coeur fondant chocolaté (7,05€ les trois)

     

    J'ai profité d'une offre promotionnelle qui m'a permis de ne pas payer les frais de port et d'avoir des cookies en plus ! (Pour avoir vent de ces offres, il suffit de liker la page Facebook de Lilijoe)

     

    Certes, le prix peut sembler un peu élevé, mais pour du fait-maison livré partout en France sous 48h, cela reste raisonnable.

    A la réception du colis, j'ai été agréablement surprise par les petits rubans et jolis emballages qui entourent les douceurs.

    Et question goût ? Eh bien, j'ai été un peu déçue par les moelleux (un peu lourds à mon goût), mais j'ai beaucoup aimé les sablés, et encore plus les cookies qui étaient vraiment réussis ! On sent que Lilijoe utilise des ingrédients de première qualité. A noter qu'elle n’utilise ni colorant, ni conservateur.

    En conclusion, je pense qu'à l'occasion d'un goûter entre filles, cela peut être l'occasion d'étonner vos amies ! Personnellement, je pense que je craquerai de temps en temps pour les cookies ! :)  

     


    2 commentaires
  •  

    Jusqu'à présent, je ne savais pas trop quoi penser des corridas. Sans être une fervente défenderesse des animaux (loin de là ! je les préfère dans mon assiette en général ! :)), je me demandais quand même quel est l'intérêt de ce spectacle, avec la mise à mort gratuite des taureaux.

    Finalement, la meilleure chose était de tester par moi-même pour me faire une opinion, et il se trouve que j'ai eu l'occasion d'aller à la Plaza de Toros lors de mon dernier séjour à Madrid.

    Déjà les arènes sont magnifiques : avec une capacité de 20 000 personnes, vous comprendrez qu'on se laisse prendre rapidement par la ferveur de la foule.

    Puis le spectacle commence : on aura droit en tout à 6 corridas (avec 3 matadors différents). Ce que je ne savais pas, c'est qu'une corrida se décline en 3 tiers :

    - Au cours de la première partie, le tercio de pique, deux picadors à cheval affrontent le taureau et le blessent à l'aide d'une longue pique, ce qui permet à la fois de l'affaiblir et d'évaluer son comportement.

    - Au cours du deuxième tercio, des banderilleros, plantent trois paires de banderilles dans le dos du taureau.

    - Enfin, lors du troisième tercio (la mise à mort proprement dite), le matador, après une série de passes exécutées avec sa muleta, met à mort le taureau par l'estocade portée avec son épée.

    J'ai donc été un peu déçue de réaliser que le matador prend peu de risques (moins que les banderilleros en tous les cas) puisque le taureau est déjà bien affaibli lorsqu'arrive le troisième tercio. De même, j'ai peu apprécié l'intervention des picadors, à mon sens très injuste pour le taureau.   

    Le plus ludique restait donc l'intervention des banderilleros qui eux prennent vraiment des risques et affrontent réellement le taureau. C'est aussi la partie la moins douloureuse pour le taureau. 

    Sur les 6 corridas, nous avons eu droit à un magnifique combat, une vraie danse même. Le public a été rapidement conquis par le charisme du matador, la mise à mort a été propre et rapide. Acclamé, salué par des mouchoirs blancs par le foule (magnifique spectacle, j'avoue que je me suis prise au jeu), le matador a ensuite fait un tour d'honneur, c'était réellement impressionnant.

    Bon, j'aurais bien aimé qu'un matador se fasse (gentiment) encorner, rien que pour montrer que le risque est réel, mais à la place, je n'aurai eu droit qu'à un cheval renversé, et ça, ça ne m'a pas fait plaisir du tout.

    En conclusion, je reste donc sous le charme du spectable d'un beau combat, mais je reste sceptique quant à la mise à mort du taureau. Même si j'ai bien compris que c'était le meilleur moyen de départager les matadors et qu'il y a une manière d'exécuter proprement le taureau, je n'ai pas du tout apprécié le spectacle du taureau agonisant, et de son corps tiré par les chevaux autour des arènes ... la trace de sang était pour le moins gore, et pour une fois ça ne m'a pas plu.

     

     


    votre commentaire
  •  

    C'est encore une fois Fred qui m'a parlé le 1er de cette bonne adresse parisienne, que je me devais du coup de tester !

    Le Candelaria se situe dans le 3e. Lorsqu'on passe devant, on remarque à peine qu'il s'agit d'un restaurant tellement c'est petit. Comme vous pouvez le voir sur la photo, il y a seulement une table et un comptoir, à tout casser une dizaine de places pour manger. Et qu'est-ce qu'on y mange ? Des tacos ! qui valent déjà le détour apparemment car savoureux et bon marché d'après les échos qu'on m'en a fait.

    Mais si vous faites bien attention, vous pouvez voir une porte blanche au fond à gauche, qui se fond dans le décor. Là comme ça, ça ne donne pas vraiment envie de la pousser. Et pourtant, si vous osez, vous vous retrouvez dans une salle deux fois plus grande que la 1e, dans une tout autre ambiance : un cocktail bar, ambiance tamisée, qui semble tout droit sorti des état-unis époque prohibition.

    Je n'ai pas pu tester la partie taqueria qui était bondée, mais je me suis rattrapée sur les cocktails, très originaux (autour de 11-13€ le cocktail, possibilité de prendre un punch collectif pour 48€ mais non testé par mes soins).

    Mon conseil, venez tôt pour avoir une place assise !

     

    Candelaria,

    52 rue Saintonge

    75003 Paris, métro Filles du Calvaire

    Photo issue de la page Facebook du Candelaria.

     


    votre commentaire
  •  

    Bon, tout le monde sait que je suis une fan absolue des macarons de Pierre Hermé ... alors forcément, pour les fêtes, je me devais d'y faire un tour.

    Comme je m'y attendais, il a fallu faire la queue à l'extérieur de la boutique avant d'atteindre le saint graal, et comme vous le savez, il faisait particulièrement froid.

    Mais là où Pierre Hermé a fait très fort, c'est qu'il avait prévu des hôtesses qui faisaient goûter des chocolats à l'extérieur de la boutique, et qui en profitaient également pour conseiller les personnes qui attendaient, afin d'optimiser le temps passé en boutique et donc diminuer le temps d'attente à l'extérieur.

    Chapeau monsieur Hermé !

     


    votre commentaire
  •  

    Ca y est, j'ai enfin pu tester la Kinect et son jeu de danse, Dance Central !

    Pour ceux qui ne le savent pas, la Kinect est un nouveau périphérique de la Xbox 360 qui fonctionne sans manette. En effet, la console fonctionne avec une caméra qui permet d’interagir par reconnaissance de mouvement et d'image : la manette c'est donc vous ! Quand vous jouez, ce ne sont pas uniquement vos mains et vos poignets qui importent, ce sont toutes les parties de votre corps : bras, jambes, genoux, taille, hanches, etc.

    J'ai été très agréablement surprise par la fluidité de cette nouvelle techno : rien que pour la navigation, vous avez l'impression d'être Tom Cruise dans Minority Report car vous devez utilisez votre main pour déplacer le pointeur à l’écran et faire défiler les différentes options.

    Quant au jeu de danse en lui-même, vous avez intérêt à bien répéter les mouvements à l'identique, car la Kinect repère la moindre erreur !

    A savoir, c'est très très physique, c'est une vraie séance d'aérobic que vous subissez tout en jouant.

    Plus d'infos ici !

     

    Gros succès auprès des "népalais" en tous cas, une soirée mémorable ! :)


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique