•  

    Crédit photo : Rod - Le-HibOO.com

    J'ai découvert Dionysos sur le tard, à la sortie de leur album Monsters in Love ... j'ai immédiatement adhéré au style musical, à leur univers barré et onirique, à la voix de Mathias Malzieu, mais aussi à celle de son acolyte Babet.

    Et quand je les ai découvert sur scène, ça a été le grand amour immédiat : une énergie incroyable, l'esprit de famille / la complicité entre les membres du groupe, un Mathias Malzieu déchaîné, réelle rock star qui court et saute partout, qui slamme à travers la salle, grimpe aux balcons,... bref, tout ce que j'aime !

    J'ai eu envie de les connaître davantage : j'ai acheté leurs précédents CD, ainsi que les livres de Mathias Malzieu, je suis retournée les voir en concert à l'occasion de leur album La mécanique du coeur, puis j'ai même fait partie de la mosaïque des fans présente dans leur 'album de raretés' Dionysos eats music !

    Du coup je ne sais pas pourquoi je n'ai pas fait de review plus tôt (j'aurais également pu faire celle du concert de Babet en solo), toujours est-il que je suis allée à la présentation de leur nouvel album Bird'N'Roll au Trianon il y a quelques temps et je n'ai pas été déçue : toujours le même esprit barré, avec cette fois l'histoire de Tom Cloudman (le pire cascadeur du monde), avec un lâché de plumes rouges en plein concert, et surtout toujours cette énergie folle qui fait du bien.

    Je suis rentrée avec quelques plumes dans les cheveux en souvenir ... en attendant le concert à l'Olympia en octobre prochain !  

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Comme d'hab, OK Go nous offre un magnifique clip, très coloré cette fois-ci !

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    24e édition des albums préférés de la Fringale ! Les liens renvoient vers un album précis par artiste, à découvrir sur Deezer.


    votre commentaire
  •  

    J'aime tellement le Café de la Danse que je me suis inscrite aux alertes Fnac ... et maintenant dès que je vois un nom qui m'évoque quelque chose, j'y vais !

    Bref, je vois par une de ces alertes que Thomas Dybdahl va s'y produire, en acoustique de surcroît. Même si je ne connais que quelques titres, je saute donc sur l'occasion.

    Et je n'ai pas été déçue ...

    Tout d'abord, nous avons droit à une sympathique première partie, par Mariama, qui me fait notamment frissonner sur son titre Underground... cette charmante demoiselle nous présentera son premier album en mai !

    Arrive ensuite Thomas Dybdahl, avec 2 acolytes, à la contrebasse et à la guitare, et c'est parti pour un agréable concert intimiste, avec une excellente complicité avec son public, et surtout une magnifique voix, que ce soit dans les graves ou les aigüs. Un moment tout simplement magique...

    On en redemande ! 

     

    Crédit Photo


    2 commentaires
  •  

    Je savais que Nath avait adoré le premier single de Soko, I'll kill her, datant déjà de 2009 (et qui a depuis été renié par son interprète).

    Du coup, lorsque j'ai vu que cette dernière passait au Café de la Danse, je me suis dit qu'on allait se faire une bonne soirée entre nanas !

    Bon, ça commence moyennement avec une première partie qui nous endort (Luke Rathborne).

    Puis arrive Soko. D'entrée de jeu, son aspect négligé me gêne... mais elle a une sacrée voix et commence à m'embarquer.

    Le problème, c'est que son côté gamine capricieuse parasite sa musique : aucune communion avec son public, très autoritaire avec ses musiciens, manque d'humilité, gestion de la scène très brouillonne, on a l'impression d'assister à une répèt et cela ne semble pas la gêner. Finalement on a l'impression qu'elle est sur scène pour son propre plaisir, et éventuellement pour ses potes, mais absolument pas pour ceux qui ont payé leur place.

    Vraiment dommage.

     

    Crédit Photo


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique